Comment devenir propriétaire ?
Comment devenir propriétaire de chevaux de course au galop ?
Vous trouverez ici réponse à vos questions. Et si celle qui vous préoccupe n'y figure pas, merci de nous la poser par mail. La réponse que nous y apporterons profitera aux autres, car cette rubrique est destinée à être actualisée et enrichie.

La liste actuelle des questions (cliquez pour y arriver directement) :

- Qui peut devenir propriétaire ?
- Y a-t-il un revenu minimum nécessaire ?
- En quoi consiste l'enquête du Ministère de l'Intérieur ?

- Quelle est la marche à suivre ?
- Comment choisit-on ses couleurs ?

- Quels seront mes droits de propriétaire ?

- Comment mon compte sera-t-il géré ?
- Comment acheter un cheval ?

- Combien coûte un cheval ?

- Peut-on louer un cheval ?
- Peut-on s'associer à plusieurs pour acheter un cheval de course ?
- Mon cheval doit-il être assuré ?


Qui peut devenir propriétaire ?

Chacun peut devenir propriétaire, s'il est agréé par la société des courses, France Galop, à l'issue d'une enquête confiée au Ministère de l'Intérieur. Actuellement un niveau minimum de revenu est exigé (voir ci-dessous).


Y a-t-il un revenu minimum nécessaire ?

La situation est floue actuellement. Historiquement, c'est à la demande des entraîneurs, il y a plusieurs années, que des seuils avaient été exigés, afin d'assurer que les factures soient payées ! Longtemps on a parlé de 200 kF en province, de 300 kF dans les grands centres d'entraînement en région, de 500 kF en région parisienne.
Dans la pratique aujourd'hui, l'argument n'est plus considéré comme valable : c'est à l'entraîneur de faire confiance ou non à un propriétaire, comme dans toute relation commerciale.
C'est pourquoi le débat a été relancé récemment, afin d'en finir avec ces limites qui empêchent de nouveaux propriétaires, parfaitement honnêtes et solvables, de participer au développement de notre activité.
Les Actionnaires du Galop prennent une part active à cette discussion, dont vous trouverez très prochainement les résultats à la rubrique actualité (commission propriétaires) et dans ce paragraphe.



En quoi consiste l'enquête du Ministère de l'Intérieur ?

Elle consiste à vérifier que le passé, en particulier judiciaire, du candidat propriétaire n'est pas un obstacle à la réalisation de son souhait. Le résultat en est connu au bout de trois ou quatre mois. Parfois plus vite !


Quelle est la marche à suivre ?

Il faut d'abord adresser sa demande à la société des courses de galop, en l'occurence France Galop. Ensuite, il faut attendre la fin de l'enquête et la réponse de France Galop. Enfin, il faut choisir ses couleurs.


Comment choisit-on ses couleurs ?

On a a sa disposition une gamme de coloris, et l'on fait son choix entre ces couleurs pour les trois éléments suivants : la casaque, les manches, la toque. On peut utiliser au total deux ou trois couleurs, pas plus. Certains motifs (tels qu'une croix de Lorraine ou des rayures) peuvent être indiqués. Il faut, bien sûr, que le choix final ne corresponde à celui d'aucune casaque en activité (les couleurs retombent dans le domaine public après cinq ans de disparition des hippodromes).
Vous pouvez simuler votre casaque (et passer en revue les casaques connues) sur le site de France Galop, qui propose une application interactive particulièrement attrayante.
Votre entraineur, qui a l'habitude, vous conseillera un fournisseur pour fabriquer votre casaque. D'ailleurs en général, c'est lui qui la conserve à l'écurie pour qu'elle soit prête (et propre !) le jour de la course...


Quels seront mes droits de propriétaire ?

Vous recevez une carte de propriétaire, qui vous donne droit à l'entrée gratuite sur tous les champs de courses de France, et qui vous permet l'accès aux enceintes réservées aux propriétaires, ainsi qu'aux écuries les jours où vous avez un partant. Vous bénéficiez du suivi d'un compte à France Galop. Vous pouvez participer aux élections des représentants des propriétaires au comité de France Galop (ces élections ont lieu tous les quatre ans).


Comment mon compte sera-t-il géré ?

Les prix gagnés par les chevaux sont portés au crédit du compte de leur propriétaire au bout d'une douzaine de jours. Les pourcentages réservés à l'entraîneur et au jockey sont débités automatiquement, ainsi que les cotisations diverses, les engagements, les forfaits, etc.
En cas d'association déclarée, France Galop peut assurer, à votre demande, la répartition automatique des dépenses et des recettes entre les associés. Pour plus de détail, nous vous conseillons d'aller visiter la rubrique comptabilité.


Comment acheter un cheval ?

Vous pouvez l'acheter vous-même, ou le faire acheter par un entraîneur, un courtier ou encore un ami propriétaire.
Pour ce qui est de l'achat proprement dit, on peut distinguer principalement deux cas de figure :
1) Vous voulez acheter un cheval qui n'a jamais encore couru.
Vous pouvez l'acheter avant même qu'il soit né, dans le ventre de sa mère, donc, si vous achetez la poulinière "pleine".
Vous pouvez l'acheter aussi alors qu'il n'a que quelques mois (il est "foal" de sa naissance au 31 décembre de sa première année, et "yearling" du 1er janvier au 31 décembre de l'année suivante). En ce cas, l'achat s"effectue soit chez l'éleveur, au haras, soit à l'occasion d'une vente aux enchères (les ventes de Deauville, par exemple, sont célèbres dans le monde entier), soit à l'amiable auprès d'un propriétaire vendeur.
2) Vous voulez acheter un cheval qui a déjà couru.
Vous pouvez l'acheter soit, là aussi, à l'occasion d'une vente aux enchères ou à l'amiable auprès d'un propriétaire vendeur, soit à l'issue d'une course dite "à réclamer". En effet, pratiquement chaque jour, il y a au moins une course à l'issue de laquelle tous les chevaux sont à vendre, quel que soit leur classement à l'arrivée. Les candidats à l'achat disposent d'une quinzaine de minutes pour se décider et proposer un prix sur un bulletin d'achat qu'ils glissent dans une urne. Les enchères sont secrètes, et le cheval est adjugé au plus offrant.
Vous trouverez dans notre chapitre sur les sites internet consacrés au cheval, les liens avec les principaux organismes de ventes de chevaux.


Combien coûte un cheval ?

On trouve des chevaux de courses à tous les prix. On pourrait dire que le prix d'un cheval est comparable à celui d'une automobile. On trouve des automobiles d'occasion pour moins de 1 000 euros, mais... combien coûte la Ferrari championne du monde de Michael Schumacher ?...
Il en est de même pour les chevaux de courses. Entre la valeur d'un cheval dont un propriétaire veut se défaire faute de résultats, et celle d'un vainqueur du Prix de l'Arc de Triomphe, il y a bien sûr une différence colossale qui va de quelques centaines d'euros à plusieurs millions. Même pour ce qui est des chevaux acquis "à réclamer", le prix peut varier, pour ce qui est des courses PMU, de 6 000 à 75 000 euros, la majorité des achats se faisant dans une fourchette de prix qui va de 12 000 à 30 000 euros.


Peut-on louer un cheval ?

Oui. Cela permet bien sûr de réduire les risques financiers. Le cas le plus fréquent est celui d'une location avec option d'achat (comme cela se fait couramment pour les joueurs de football, de club à club), le locataire s'engageant à verser au bailleur une redevance (typiquement 20 à 25 %) sur les gains en courses. Le cheval court sous les couleurs du locataire.


Peut-on s'associer à plusieurs pour acheter un cheval de course ?

Oui. Cela s'appelle une "association". Le nombre des associés est limité à six. Un "associé dirigeant" doit être désigné, et le cheval court sous ses couleurs.
On peut également faire partie d'une "écurie de groupe", dont le nombre de membres peut dépasser la centaine. La plus célèbre est l'Ecurie du Club Galop.


Mon cheval doit-il être assuré ?

Pour les accidents qui peuvent lui arriver, l'assurance d'un cheval n'est pas obligatoire. Il faut savoir qu'elle est assez coûteuse (aux alentours de 3 % de la valeur déclarée pour un cheval de plat, entre 10 et 15 % de la valeur déclarée pour un cheval d'obstacle). D'autre part, elle n'est pas forcément intéressante, car elle ne couvre pas les tendinites et autres pathologies qui empêchent un cheval de courir et qui sont le risque majeur encouru par les chevaux de courses. Mais c'est à vous de juger du bien-fondé éventuel de cette initiative, surtout si vous n'avez qu'un ou deux chevaux, et, également, plus particulièrement, si votre cheval court en obstacle.
En revanche, pour les accidents que votre cheval peut causer, bien que là aussi il n'y ait pas d'obligation, il vaut mieux que vous preniez une assurance responsabilité civile. Peu onéreuse, elle vous garantit contre toute éventualité. Les Actionnaires du Galop Vous proposent une telle assurance pour le tarif forfaitaire de 10 euros (sans prélèvement sur vos gains). Pour en savoir plus, cliquez ici pour vous rendre au chapitre assurance.