Les interventions 2001 - 2007 des "Actionnaires du Galop"

"Commission Image, Communication et Promotion"

Communication

Commission suivie pour les Actionnaires du Galop
par Laurent Broomhead
(Les membres de la commission : cliquez sur le poste)


Accès direct aux autres Commissions
Accès direct à une date :
Dernière mise à jour : 01/10/2007
Pas de réunion en 2007

Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 15 novembre 2006

Premiers bilans et observations saison 2006
Saison 2007 : réflexions sur les nouveautés, points du calendrier
événementiel à optimiser et théâtralisation
Point sur le discours presse du GIE PMU concernant Bruxelles et les
opérateurs de jeux illicites, en présence de Françoise Toussaint, Directrice
de la Communication du PMU
Présentation du test d'images en haute définition de l' Arc 2006, en
présence de Jacques Laurent, de Léovisions
Point à date charte de bonne conduite et Convention du Galop
Questions diverses .


Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 23 mars 2006
1/ Equidia (intervention de M. Eric Brion et M. Jérôme Lenfant)
- Présentation de M. Jérôme Lenfant, nouveau directeur de la Rédaction
d'Equidia
- Présentation de la nouvelle grille des programmes
2/ Théâtralisation des remises de Prix (intervention de Laurent Broomhead)
3/ Présentation du Plan d'Action Évènementiel
- Premières observations au cours du mois de mars
- Calendrier des Dimanches au Galop
- Les Grands Prix du Printemps

Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 24 janvier 2006
1/ Rappel du Bilan 2005 (fréquentation et CA)
2/ Grandes lignes du Plan d’actions 2006 marketing / communication
3/ Calendrier et projet des « Dimanches au Galop 2006 »
4/ Projet de charte de bonne conduite (Intervention de M. Denis Servignat).
5/ Questions diverses

Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 23 novembre 2005
1. Internet - Base de données (Participation du Chef de Département
Informatique, M. Jacki Durand)
2. Agréments - Phase 2
3. Bilan du Week-End International de l'Obstacle 2005
4. Actions à envisager pour 2006
5. Questions diverses

Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 6 septembre 2005
Salon des Sponsors à Auteuil
Objet de la réunion :
- Week End De l’Obstacle qui se déroulera les 5 et 6 novembre 2005 à
l’hippodrome d’Auteuil
I / Présentation du plan d’implantation des structures dédiés aux différents
réceptifs
Accueil des socioprofessionnels
Accueil du grand public sur le terrain de Golf (pelouse A)
Etudiants et Grandes Ecoles
II / Les animations
III / Animation PMU
IV / Equidia
 

Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 27 août 2005

1) Bilan des Dimanches au Galop
Deux études ont menées à l’occasion des Dimanches au Galop (profil : familles et – de 35 ans, consommateurs de loisirs)
Au global, l’opération remporte un vif succès :
- au niveau de l’objectif de clientèle : objectif de recrutement atteint, la campagne de communication a trouvé sa cible.
- au niveau du contenu et de l’offre : l’offre globale, même si elle peut être optimisée, répond bien aux attentes. Une réflexion doit être menée pour permettre davantage l’accès aux courses.
- les paris : la nouvelle clientèle n’est pas réfractaire au jeu, mais demande un accompagnement spécifique et pédagogique. L’offre "guichet classique"est à optimiser dans cet objectif.
Certains points pouvant être améliorés ont été approfondis :
- Les animations : il faut plus de liens entre les animations pour fluidifier la circulation. Des annonces micro doivent y contribuer.
- Les Ateliers "Visite des Coulisses" : devant le succès, il faut augmenter l'offre pour éviter les files d'attentes, et mettre plus l'accent sur les coulisses elles-mêmes de notre sport, comme d'emmener des spectateurs assister à des départs… Les voitures suiveuses sont aussi évoquées.
Des journées découverte sont aussi à développer, à l'image des Petits Déjeuners de la Touque pendant le meeting de Deauville.
- Village des Jeux :
Ces espaces ne suffisent pas pour l’initiation de l’ensemble des spectateurs. Les bornes sont prises d’assaut, essentiellement par les enfants. Le personnel dédié à l’opération est de qualité mais insuffisant, ce qui pose aujourd’hui une limite au développement de cette opération.
Laurent Broomhead soulève le problème de l’incompréhension du jeu pour les non initiés et demande en conséquence un accompagnement pédagogique plus important. La commission propose de mettre à disposition le personnel suffisant (ex des hôtesses) en complément du personnel existant.
- La restauration : toujours trop chère ! Il faut créer des formules plus accessibles, du type « panier pique nique »
- Les joueurs & accrédités. Depuis octobre 2004, on constate une baisse du C.A. des accrédités, explicables par différentes raisons.
Pour les autres joueurs, Laurent Broomhead propose de réfléchir à une segmentation de la politique d'accueil des clients.

2) Présentation de la campagne de communication dédiée à l’Arc de Triomphe Lucien Barrière 2005
On note comme innovation l'habillage des portes de métro de 12 stations à la manière de stalles !

3) Bilan du meeting de Deauville
La tendance globale est positive (60.346 entrées vs 54.827 en 2004, soit +10%). Les efforts en terme de communication concernant l’Hippodrome de la Touques ont été notés ainsi que l’opération « Petits Déjeuners » qui a rencontré un réel succès.

4) Charte des droits et des devoirs
Philippe Augier souligne la nécessité de lancer une réflexion globale autour d’une charte de déontologie. Au regard des précédents "dérapages" publics de certains entraîneurs, il souhaiterait, qu’à l’instar des grandes fédérations sportives, une charte soit élaborée par France Galop, en concertation avec les représentants des socioprofessionnels, autour des droits et devoirs de chaque partie, notamment autour des prises de parole en public et/ou vers les médias. Ce chantier est nécessaire et cohérent avec la volonté de tous d’améliorer l’Image des courses
.

Une réunion complémentaire s'est réunie en comité restreint le 6 septembre à Auteuil pour faire des propositions sur le week-end de l'Obstacle. Des propositions d'animations ont été faites…


Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 7 juin 2005

1) Bilan 1er semestre 2005
- Bilan dimanches au Galop : légère baisse de 11% de la fréquentation par rapport à 2004, mais on reste à plus du double du chiffre 2003.
- Gras Savoye Grand Steeple-Chase de Paris (29 mai 2005)
La corrélation de la Fête des mères, de Roland Garros et du Réferendum entraîne une baisse de la moitié de la fréquentation. En contrepartie, on constate une augmentation de 50% des entrées payantes.
Le contrat de ce sponsor arrive à échéance cette année, des négociations s’ouvrent pour le renouvellement.
- Jockey Club 2005 : fréquentation stable
- Des pistes de promotions grand public sont débattues : Traiter les courses comme un sport, starifier les jockeys, développer la synergie cavaliers/jockeys …

2) 14 juillet 2005 à Longchamp (Grand Prix de Paris)
2005 est une année test pour cette semi-nocturne.
L’expérience comporte de multiples contraintes : budget, météo, concurrence loisirs/spectacles …
Quelques pistes sont proposées : restauration à petit tarif, ambiance festive dès l’accueil, Communication sur un « 14 juillet au vert dans la ville » et ciblée sur le cœur de l’activité.

3) Présentation de la nouvelle campagne de publicité TV Trot/Galop
La cible visée est représentée par 70% des français qui ont une image positive des courses mais ne font pas l’effort de venir sur les hippodromes. La campagnes repose sur un humour décalé elle se déroulera en trois vagues à partir du 19 juin 2005

4) Questions diverses

- Radio-Hippodrome : Régie radio diffusant des informations exclusives en temps réel par le moyen de récepteurs écouteurs individuels. Après celui de Longchamp, de nouveaux tests seront lancés à Deauville, en nombre réduit pour éviter des dépenses excessives.
- Arménie : Il est proposé d’organiser une journée en 2006 à l’occasion de l’année de l’Arménie.
- Positionnement vis-à-vis de la télévision : La nouvelle technologie de la haute définition est évoquée comme indispensable au développement des courses en tant que sport. La piste est à creuser.
- Enfin la Commission s’accorde sur l’idée que le direct d’Equidia mérite d’être redynamisé.


Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 17 décembre 2004

1) Actions terrain en 2005
- Après le succès des Dimanches au Galop et des grands prix en 2004, il faut continuer sur la même voix, pour consolider l'acquis et faire mieux "consommer jeu" par plus d'explications sur l'univers des courses et du jeu.
Il faut aussi confirmer le succès de l'Arc et installer le nouveau programme classique.
- Les Dimanches au Galop sont donc repris et amplifiés, avec plus d'animations, et plus de courses de poneys, qui auront leur rond de présentation.
- Un test de la prime auto-payante sera effectuz en mars à Auteuil, avec peut-être une "Journée des parieurs" souhaitée par le PMU.
On évoque la possibilité du retour des "preneuses de paris dans les restaurants.
- Les principales journées thématiques sont : 1er mai à Saint-Cloud avec les Hauts de Seine ; 21 mai à Maisons-Laffitte pour la "Journée des propriétaires"
- Les axes de communication des grands prix du printemps sont choisis : l'exploit et le caritatif pour le Gras Savoeye Grand-Steeple-Chase de Paris ; le Derby et la sélection pour le nouveau Jockey-Club ; l'élégance pour le Diane Hermès.
- Le thème "Cheval et Nature" est retenu pour le week-end de l'obstacle des 6 et 7 novembre.
- Un débat est ouvert sur l'horaire du Grand Prix de Paris du 14 juillet : diurne ou semi-nocturne avec feu d'artifice… Cette dernière solution tant moins pratique et plus en concurrence avec le grand feu d'artifice de Paris.

2) Stratégie de communication
La communication a, pour la première fois, un budget digne d'une entreprise de la taille de France Galop : 4,9 millions d'euros (+ 40% / 2004) !
Avec, entre autres, une acmpagne annuelle de télévision commune trot/galop.



Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 10 septembre 2004

1) Bilan du meeting de Deauville
Fréquentation en hausse (+ 20% en aoû), mais PMH en baisse (- 9%).
L'opération Paris + (bonification d'enjeux) aurait pu être mieux utilisée (simplification et présentation plus spectaculaire). D'autres tests seront menés à l'automne (forfait entrée + pari offert).
Il faudra l'an prochain mieux coordonner les actions des deux hippodromes pour les faire travailler en synergie.

2) Partenariat France Galop / PSG en 2005
Une réflexion est menée pour déterminer la meilleure solution pour toucher un large public et obtenir de retombées médiatiques. Objectif : printemps 2005.

3) Quels événements le dimanche ?
Comment faire du dimanche un événement, comment lutter contre la banalisation de l'épreuve phare ? La formule du Championnat de France des Jockeys doit être poursuivie, mais adaptée (pronostics, sponsors, théâtralisation ?).

4) Quelle "Nuit des Courses" en 2005
La soirée organisée par Le Parisien est un succès. Des pistes sont suggérées pour faire encore mieux. France Galop doit se rapprocher du Cheval Français pour travailler ensemble à son développement.

5) La Revue du Galop
Le premier numéro sera adressé à tous les propriétaires fin septembre. Cette revue confiée à Emmanuel Roussel est destinée exclusivement aux propriétaires, pour les informer de l'évolution de France Galop.

6) Partenariat avec le Groupe Lucien Barrière pour l'Arc
Il est renouvellé et développé pour trois ans, avec une revalorisation de 160% dès 2005.



Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 25 juin 2004

Bilan dimanches au Galop
Un grand succès : 85 000 personnes sont venues au long de ces 8 journées de fêtes, contre 37 200 visiteurs sur la même période en 2003, avec une augmentation de 12.5% des enjeux hippodromes. 
Un questionnaire en 10 questions, baromètre de satisfaction a été mis en place pour mesurer : l’impact communication – la satisfaction des visiteurs – le potentiel de développement. 240 personnes ont été interrogées les 16 et 23 mai.
Données quantitatives :
- Répartition homogène des 20-49 ans, notamment les 30-39 ans cible habituellement rare.
- 50% viennent avec leurs enfants, les autres en couple ou avec des amis
- 9 sur 10 viennent de Paris et sa région, surtout de l’ouest parisien
- 4 sur 5 sont venues en voiture
- 57% venaient pour la 1ère ou 2ème fois sur un hippodrome
- 59% étaient déjà venus aux courses (les habitués n’ont pas fui !)
- 50% des néophytes sont venus pour découvrir les courses
- 50% pour une sortie avec les enfants dans un espace vert
- La gratuité, sans être déterminante à participer de la décision de venir
- Source d’information : Presse :30%, publicité 20%, radio 17% : Efficacité d’une campagnes pluri media
- Influence du bouche à oreille : 26.5 %
- 50% des « habitués » étaient des visiteurs réguliers.
- 26% des visiteurs rares que la communication a motivé à venir.
Données qualitatives :
- 84% des néophytes sont très contents de leur journée (courses – animations/enfants – espaces verts
- 2/3 des habitués ont apprécié les changements (foule – ambiance – activités/animations enfants)
- 12% considère la gratuité comme un facteur de différence
- 76% des habitués se sont dit « très » ou « globalement satisfaits » (motif de déception : perte au jeu)
- 71% des néophytes ont désormais une meilleure image des hippodromes et 67% des courses
- 76% des néophytes et 87% des habitués sont prêts à payer 4 € pour un dimanche classique
- 40% des néophytes et 56% des habitués à payer 8 € pour un Grand Prix
8 €uros est un tarif qui semble rebuter le public. D’autant plus que le grand public reste réticent à évoquer les sujets « argent »
Conclusions :
- Une campagne efficace, une fréquentation francilienne, une satisfaction quasi-unanime, une amélioration de l’image des courses et des hippodromes.
- Les visiteurs sont prêts à revenir, mais pas à n’importe quel prix et évidemment à dispositif d’accueil égal.
- Le sujet « courses » est légitime auprès du Grand Public sous réserve d’informations.
- La promesse « espace vert, lieu de vie » est majeure.
- Les « démonstrations produits » sont complémentaires et indispensables au travail générique.
 
Bilan des 3 grand Prix du Printemps : Grand Steeple, Jockey-Club, Prix de Diane
Ces trois Grands Prix ont bénéficié d’un dispositif média venu s’inscrire en « final » de la campagne des Dimanches au Galop. 100 000 invitations « découverte » pour le Grand Steeple et 50 000 pour le Prix du Jockey Club ont été mises en circulation à la sortie des hippodromes et via différents relais de diffusion : Country Show, Roland Garros, réseau Interflora.
Ces Grands Prix ont bénéficié de l’effet d’entraînement des dimanches au Galop, de la campagne de communication, d’une météo clémente et du bouche à oreille…
- Gras Savoye Grand Steeple Chase de Paris :
15 000 entrées (37.90% de croissance) – 900 enfants
Retour très satisfaisant de 5.8% des invitations
Enjeux PMH + 13.19%
Recul de 54% des entrées payantes
- Prix du Jockey Club :
13 000 entrées (34% de croissance) – 1600 enfants
Retour très satisfaisant de 6% des invitations
Enjeux PMH + 34% - Enjeux PMU +18%
Recul de 28.4% des entrées payantes
- Prix de Diane Hermès :
29 000 entrées (24,7% de croissance) – 3900 enfants
Retour très satisfaisant de 6% des invitations
Enjeux PMH – 1.6% - Enjeux PMU +1,5%
Recul de 6,4% des entrées payantes
A noter : la baisse de CA liée à la diminution des entrées payantes a été augmentée par les variations PMH pour le Grand Steeple et le Prix du Jockey Club. Ces indicateurs confirment une tendance nette d’un regain d’intérêt du grand public pour les courses.

Point sur le meeting de Deauville – Saison 2004
35 réunions placent Deauville la Touques en tête des hippodromes de plat français.
4 courses du Groupe 1 avec la promotion du Prix d’Astarté et l’augmentation des allocations du Prix du Haras de Fresnay le Buffard – Jacques le Marois
6 courses de groupe, dont le Prix Morny Casinos Barrière, associées aux ventes de Deauville.
Le partenariat avec le Groupe Lucien Barrière, déjà partenaire officiel du Prix de l’Arc de Triomphe s’étend aux dimanches du Prix Morny et du Grand Prix de Deauville.
En 2004, une opération de « Bonification des enjeux » est prévue sur tous les samedis et dimanches du 31/7 au 29/8 (9 réunions à Deauville et 1 réunion à Clairefontaine). Ces bonifications seront attribuées au hasard à des parieurs engageant des paris simples gagnants sur l’hippodrome. D’un montant de 10,20 ou 50 € s’ajouteront au paris engagé par le parieur (même cheval et même type de pari).Cet enjeu additionnel sera incorporé dans la masse à partager comme un pari ordinaire.
La Commission est d’avis de poursuivre les grandes opérations de communication et d’accueil gratuit sur les champs de courses. Il serait inconcevable de faire payer le public pour un accueil et des activités moins attrayantes.
La réunion prévue le 18 septembre au Stade de France est évoquée :
Engagée depuis longtemps, il serait plus cher de quitter que de rester. Le soutien de France 2 et la participation de Laurent Broomhead sont une garantie que l’image correspondra à notre souhait et ne sera pas exploitée à nos dépends. Pour l’instant, bien que relativement lent, le rythme de réservations est satisfaisant et permet d’espérer 45000 spectateurs.

 


Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 6 mai 2004

Réunion à Longchamp. En l'absence de Michel Denisot, bloqué par les intermittents du spectacle, c'est Louis Romanet qui assure l'animation. Un programme riche pour 3 heures de discussions :
- Dimanches au Galop : un succès évident, avec la montée progressive du nombre des visiteurs, redonnant de l'ambiance à nos hippodromes, et galvanisant l'ensemble des collaborateurs de France Galop. Toutefois l'opération coûte cher, et l'augmentation du PMH (dont 6% revient à FG) ne pourra que compenser le prix des billets gratuits.
Le problème est maintenant posé de la suite : on s'oriente pour la rentrée vers des dimanches gratuits, même s'il ne faut sans doute pas laisser nos portes tout le temps ouvertes ; et puis il faut réfléchir à des animations pour les enfants et la famille, cible atteinte avec réussite en avril et mai.
Le redressement de l'image des courses (et ses retombées sur les jeux PMH) ne se fera pas en quelques semaines, mais sur plusieurs années.
- Equidia : son directeur général, Eric Brion, fait une présentation exhaustive de l'évolution de notre chaîne. 0,3% de pénétration (part de marché télé), 1 % sur les seules chaînes du câble et du satellit : Equidia est la 3ème chaîne de sport par son audience, avec 750 000 individus qui passent sur son canal au moins une minute par semaine.
Les premières composantes du nouvel habillage qui apparaîtra à l'antenne le 12 juin prochain nous sont présentées : jugées par tous plus dynamique et moderne, plus sportif aussi.
Un grande émission "talk-show" sera lancée avant l'été, transversale à toute l'activité hippique, avec des animateurs venus de la télé généraliste et des chroniqueurs spécialisés.
Et Thierry Rolland participera prochainement aux animations de certains week-end !
L'ensemble de la commission émet ses remarques et demandes, un peu toujours les mêmes depuis 5 ans… Mais au total le bilan est nettement positif.
- Remise des prix : à la demande de la communication de France Galop, Laurent Broomhead présente un pré-projet de refonte des remises de prix, principalement à Longchamp et Auteuil. Les grands axes sont : présence du cheval à la remise des prix, mise en avant de toute la filière (propriétaire, entraîneur, jockey, cavalier d'entraînement, éleveur), réaliser la remise des prix tout de suite après le retour du vainqueur au rond, scénariser avec précision (pour éviter la foire d'empoigne entre photographes, micros et officiels).
La conclusion du débat est qu'un tel changement est nécessaire et qu'il passera par le réaménagement physique des ronds de présentation, afin d'un prévoir un "Cercle des Vainqueurs" où chacun aura sa place.
- Les Classiques du Printemps : présentation des campagnes publicitaires pour nos 3 grands dimanches de fin mai et début juin, assez semblables aux années précédentes. Le profit des entrées au Grand Steeple iront à l'association d'Albina de Boisrouvray qui lutte pour les enfants malades dans le monde.
- Le Gros d'en face" :
opération proposée par le Club des Gentlemen et présentée par Erick Chombart de Lauwe. L'idée est de faire parrainer les gros obstacles d'en face par des personnalités du monde du sport à l'occasion d'un barbecue festif et musical ouvert au public. Après discussion le projet est retenu, mais repoussé à l'automne ou au printemps prochain pour avoir le temps de l'organiser et la soirée en matinée.
- Cadre Noir de Saumur : les bonnes relations entretenues par le Club des Gentlemen conduisent à des échanges de stages des meilleurs cavaliers et jockeys… pour aboutir à une présentation événementielle un dimanche.



Réunion de la Commission Image, Communication
et Promotion du 7 mars 2004

Une première réunion de découverte mutuelle, où l'on a pu apprécier la passion et l'engagement de tous les membres pour faire vraiment progresser l'image des courses et l'accueil sur les hippodromes, avec un objectif prioritaire fixé par le Président de la Commission : faire revenir du public sur le hippodromes.
Les premiers projets font l'objet d'une discussion :
- Le Printemps des Courses : à partir du 8 avril et pour 8 dimanches de suite, une animation spéciale, associée à une promotion et des entrées gratuites, avec l'aide du PMU.
- Opération PSG / France Galop : à l'occasion d'un match de la rentrée de septembre, le public du Parc des Princes sera invité aux courses. L'idée pourra être étendue à d'autres sports ensuite.
- Une fête par an et par hippodrome : le même principe pourra être appliqué ensuite partout en France, en partenariat avec des grandes équipes locales. "Il faut aller cherche le public là où il est", explique Michel Denisot.
Par ailleurs le débat permet à chacun de s'exprimer sur les multiples problèmes qu'aura à résoudre la commission : accueil, restauration, théâtralisation, création de stars…
- Les "Chevaux du Stade" : le point est fait sur l'opération Stade de France du 18 septembre prochain. Les craintes exprimées sont multiples. Laurent Broomhead précise qu'une émission sur France 2 (en différé le dimanche 19 à 17 h 15), permettra d'assurer la médiatisation de l'événement. Il insiste sur la nécessité que tous les acteurs de la filière soient solidaires dans la défense de ce projet, désormais irréversible.
- Salon du Cheval : le salon souhaite une plus grande place pour les courses en 2004. Une commission de réflexion et prévue. Il est décidé que la commission y sera représentée par José Bruneau de la Salle.
La prochaine réunion, fixée au 6 mai, permettra, entre autres, de rencontrer le DG d'Equidia.


Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 30 juin 2003

Le coeur de la réunion a consisté à dialoguer avec le nouveau DG d'Equidia, Eric Brion. De cet état des lieux, nous retiendrons quelques points :
- Equidia se situe au 26ème rang des chaînes thématiques françaises (sur 71), avec une part de marché de 0,3 % (pour comparaison la première est RTL 9 avec 2,9 %). Un résultat stable, mais face à une concurrence accrue.
- L'affichage des côtes et résultats sera amélioré prochainement (une demande qui date de plusieurs années !), mais le problème est complexe. Et la vraie solution consiste en un affichage complémentaire interactif accessible à volonté par sa télécommande, qui permettrait d'avoir toutes les infos, y compris les résultats des courses précédentes. Et cette technique assurera aussi la promotion des programmes de soirée.
Sans attendre, les côtes devraient être justes dès la mi-juillet.
- Equidia, contrairement aux autres chaînes du satellite et du câble, rapporte aux opérateurs, ce qui assure sa pérénnité. C'est aussi ce qui conduira Equidia à se présenter à nouveau à la TNT (télévision numérique terrestre), si des canaux se libèrent.
- Il faut aussi s'occuper dès maintenant sur sa diffusion par internet (ADSL) où le jeu pourrait être instantanné. C'est sans aucun doute l'avenir.
- Equidia envisage de créer des jeux pour assurer son développement.
- Un projet de nouvelle émission est en cours : un grand rendez-vous fixe pour le monde des courses.
- L'habillage a vécu (4 ans). Il sera revu en 2004.
- Le jeu interactif sera accessible sur le câble (Noos) en février 2004.

Par ailleurs la réunion a abordé deux autres thèmes :
- Les fréquentations des trois grandes réunions de printemps sont correctes, sans plus : + 26,6 % pour le Grand Steeple ; - 22 % pour le Jockey-Club ; - 5 % pour le Diane. On voit là l'impact de la publicité, qui s'est concentrée sur le Grand Steeple.
- Le Grand Stade envisage une grande soirée de courses l'été 2004. Le Cheval Français est partie prenante pour organiser des courses avec PMU sur une piste très réduite. La question de la participation de France Galop est donc posée.
Des essais avec des jockeys sur une piste de Maisons-Laffitte ont entraîné leur accord de principe. Mais la position de la direction de France Galop est pour l'instant réservée.
De leur côté, les Actionnaires du Galop ont tranmis leur vives inquiétudes : les galopeurs ne sont pas faits pour courir dans de telles conditions, et, si une course de démonstration est possible, des courses PMU sont à éviter ; par ailleurs une telle réunion populaire et médiatisée pourrait encourager certains à envisager la fermeture d'hippodromes parisiens, sous prétexte qu'il est possible de s'adapter à toutes les circonstances. Par ailleurs il faut se pencher sur l'image qui se dégagera de cet événement, dont nous n'aurons pas le contrôle, tout étant organisé par l'équipe du Stade de France.



Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 30 janvier 2003

- Comment attirer du public à d'autres réunions importantes, autres que l'Arc ? La question avait été posée à la dernière réunion de la commission.
En période de restriction budgétaire, une majorité se dégage pour se concentrer déjà sur une réunion au caractère sportif indéniable : la journée du Grand Steeple Chase de Paris, parrainée par Gras-Savoye.
Laurent Broomhead propose qu'un scénario de théâtralisation soit écrit, en interne, à partir de nos ressources et amis (comme les Haras Nationaux), avant que le projet ne soit chiffré.
Il est décidé de travailler sur l'hypothèse d'une présentation de nombreuses races de chevaux (du poney aux lourds…) afin de satisfaire le public de jeunes qui sera présent à travers l'association invitée par le sponsor de la journée : "Fais-nous rêver", soutenue par de nombreux sportifs célèbres qui seront présents.
En fonction de la qualité du spectacle que nous saurons proposer, la communication externe sera ensuite déterminée, afin d'attirer un public familial à cette journée particulièrement spectaculaire, le jour de la fête des Mères. Toutes les idées sont les bienvenues.

- La promotion du Championnat de France des Jockeys est discutée : il faut la mettre en scène, en particulier le dimanche, et participer à la montée en puissance du site internet qui lui est dédié. Afin que son créateur, France Galop, bénéficie de ses retombées.


Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 24 octobre 2002

- Bilan positif du dimanche de l'Arc : peu de critiques, peu de problèmes, pour une fréquentation en forte hausse avec 43.662 spectateurs (+ 21% vs 2001), dont 21.742 entrées payantes.
On note le succès de la campagne cinéma qui a drainé 3300 spectateurs, et de l'opération "chapeaux" avec 1350 femmes élégantes sur l'hippodrome. 800 personnes ont pré-acheté leur ticket à la FNAC !
Les enjeux PMH sont en hausse (+ 25,2%), même si les enjeux PMU sont en légère baisse (- 3,9%).
On a refusés 200 voitures environ au parking. Il n'y avait plus rien à manger nulle part après 15 h 30.
La mémorisation du thème de la campagne (le monument) est la meilleure de la semaine en terme d'impact.
Une suggestion est faite pour le futur : animer la pelouse pour un public d'enfants (manèges…).
On est toujours en attente de la réponse du sponsor pour les prochaines années.

- Equidia n'a pas été retenue pour la TNT (Télevision Numérique Terrestre).

- La synthèse de la sous-commission pour le projet du futur Longchamp (composée de Jean d'Indy, Philippe Bouchara, Laurent Broomhead, Hubert Tassin, Oivier Guiguet, Nathalie Desaix, Denis Weibel, Christian de Lagarde) est présentée : un site vivant toute l'année tourné vers le cheval, un nombre de réunion renforcé avec création de nocturnes, des réunions à plusieurs vitesses (semaine, w-e, spéciales, nocturnes) avec des rendez-vous plus clairs pour fidéliser…
La première rencontre entre le Maire de Paris et le Président de France Galop a été rassurante quant à l'avenir des deux hippodromes parisiens. Une commission de 3 personnes pour chaque partenaire a été mise en place. En tout état de cause, le projet de Longchamp 21ème siècle n'est pas pour un avenir tout proche.

- Les horaires de début de réunion en questions. S'il n'est pas possible de changer 13 h 15 en semaine, pour cause de retransmission télé sur canal + en clair, on pourrait retarder le samedi et le dimanche, ou en été (pour Deauville). Les avis sont partagés en besoin de clarté et problèmes liés à l'organisation des entraineurs. En conclusion, si un changement est effectué, il sera unique et clair : soit el week-end, soit le mois d'août.

- Un budget communication sera attribué en 2003 à la promotion d'autres réunions que l'Arc (Poules, Gd Prix de Paris, Gd Steeple, Classiques de juin…). Demande est faite aux membres d'apporter des idées pour la prochaine réunion.

- Maurice Philipperon présente le calendrier des jockeys 2002. Il reçoit le soutien amical de la commission.

- La Coupe des Champions devrait se transformer en concours de pronostic dans le futur.


Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 10 juin 2002

- Bilan des trois grandes réunions (Grand Steeple, Jockey-Club, Diane) : de l'impact très négatif de ma météo pour Auteuil aux progrès (+2500) des entrées pour le Diane (25000), en passant par une vague d'arrivées pour la grande course le jour du Jockey-Club (+ 1500 après 16 h pour atteindre 12000 p). Au total un bilan positif, et des sponsors satisfaits.

- Le politique de communication des hippodromes de province
Outre Gilles Delloye, est présent Alain le Menahèze (ex Equidia), qui a en charge la communication provinciale et qui a fait un large tour des hippodromes pour diagnostiquer la situation et faire évoluer l'avenir.
Des diverses expériences présentées, on retient la grande disparité des niveaux de professionnalismes des organisations, qui dépendent largement de la jeunesse d'esprit des organisateurs et de leur investissement personnel.
On note que certaines actions coûteuses sont inutiles : comme d'acheter des espaces dans la presse sans négocier en parallèle de rédactionnel. Et certaines publicités télé sont jugées tellement peu créatives qu'elles pourraient même desservir l'image globale des courses (face aux campagnes nationales).
A l'inverse l'expérience du sud-est ("la fête aux champs") a prouvé son efficacité. Elle doit servir de modèle, même si chaque région a ses spécificités : un projet fédérateur pour toute une région ; l'apport d'une attachée de presse… 8 à 10 manifestations par an, qui rassemblent plus de visiteurs (2 à 5000 que les Grand Prix !). Un public qui revient, et qui assiste à plusieurs fêtes.
L'échec relatif de la Coupe des Champions est détaillé. Il est logique. Le modèle du GNT est impossible à reproduire au galop. Il est décidé d'en faire un simple championnat des jockeys, tout à fait contrôlable et efficace.
L'un des problèmes soulevé est l'attribution tardive des budgets qui ne permet pas d'en tirer le maximum de bénéfice. On bricole trop souvent en dernière minute.
Au total le budget attribué l'an dernier était de 5 millions de francs, répartis aux régions au pro rata des réunions.
Il est confirmé que c'est bien la fédération qui doit ventiler les aides. Une sorte de petit bulletin de liaison est prévu pour partager les expériences réussies.
Seront aussi créés des logos, jingles musicaux pour les pubs radios…
Il est décidé de mettre en chantier un site internet de la Fédération qui permettrait de formaliser les textes et les expériences, afin de les communiquer, même à ceux qui n'ont pas internet, sous forme papier.


Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 18 avril 2002

- Présentation de la campagne de publicité institutionnelle "C'est déjà une victoire d'être au départ - les courses hippiques". Le choix de cet axe de communication (les dimensions sportive, technique et passion des métiers qui permettent d'organiser des courses hippiques) avait été validé par une commission, à laquelle participait Laurent Broomhead pour les Actionnaires du Galop, qui avait eu à choisir entre deux projets. L'autre, plus "standard" mettait en images l'événément "course" lui-même.
Cette publicité a été bien accueillie par les participants, et en particulier par les jockeys, qui ont d'ailleurs participé à sa réalisation. Le bon accueil dans le milieu professionnel de la publicité a été noté. Il doit aider à changer progressivement l'image des courses, d'un simple jeu, à un sport et une activité économique.

- La théâtralisation mise en place de façon plus professionnelle depuis le début de l'année a fait l'objet d'un accord global sur sa qualité. Visiblement ni les commentaires, ni les musiques, ne posent problèmes… Et les progrès doivent continuer.


Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 27 novembre 2001

- Présentation du plan de Communication 2002 : Les deux sociétés-mères se sont mises d'accord pour un budget publicitaire supplémentaire de 50 MF (à valider par la tutelle) afin d'alterner tout au long de l'année des campagnes sur nos grandes épreuves et des campagnes institutionnelles sur la dimension sportive de notre activité.
Pour France-Galop, cela concerne principalement les "grands classiques" du printemps : Grand Steeple, Jockey-Club et Diane. Un dispositif qui complète bien sûr la campagne de l'Arc. Le projet a été présenté au Comité du 6/12 et accepté par le CA.
Les fédérations régionales ne sont pas oubliées (5 MF) via la Fédération Nationale.
Laurent Broomhead souligne la nécessité de coordonner ces actions avec l'animation hippodrome et avec les relations presse : il faut créer des stars (hommes et chevaux) dont les médias grand public pourraient se servir. Le sujet est d'ailleurs lancé au Comité du 6 décembre.

Par ailleurs le concept de la Coupe des Champions doit être revu.

- Le point sur Equidia, avec l'équipe au grand complet : Claude Esclatine, DG ; Frederic Chevit, Directeur de la Rédaction (partant pour France Télévision) ; Yves Bruezières, Responsable des magazines. L'amélioration depuis un an est admise par tous : grille stabilisée, meilleurs directs, internationalisation, richesse et qualité des magazines, sang neuf apporté par de nouveaux visages…
Le résultat est une audience en hausse : Equidia s'est hisse au 16ème rang sur canal Sat, au 19ème sur TPS ; au 25ème au total (sur plus de 120 chaines). les recettes publicitaires ont été multipliées par 4 en 18 mois. On compte environ 780 000 spectateurs par jour.
En revanche Le Directeur de la Rédaction se plaint d'un manque de liberté pour la retransmission des directs du galop (au contraire du trot) pour enrichir le direct d'images, lié, selon lui, à l'intervention de France Galop via son producteur exécutif.
Le débat sur l'indépendance journalistique est lancé par Laurent Broomhead et conduit à s'interroger, en particulier pour l'avenir, sur le choix à faire entre une chaine de promotion des courses, ou une chaine purement sportive. Et quelle sera la place laissée à l'équitation avec la multiplication des réunions, le jour, la nuit, et même dans le futur le matin (courses internationales). Le débat n'est pas tranché.
Dans l'attente, José Bruneau de la Salle suggère la création d'un éditorial par des personnalités.


Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 12 octobre 2001

1) Bilan du week-end de l'Arc de Triomphe Lucien Barrière
Un bilan positif, alors que le climat général n'était pas nécessairement favorable, entre autres, avec la suppression d'une partie de la campagne publicitaire en dernière minute, pour cause de conflit anti-terroriste.
+ 2000 entrées payantes, et un total de 37 000 personnes présentes sur l'hippodrome.
Une montée en puissance de l'événement, avec + de "people" demandant une invitation.
Un plan de circulation qui a permis d'évacuer plus rapidement 5000 voitures.
Une théâtralisation reconnue comme un succès, par les commentaires, mais aussi par la musique. Une "dramatisation" qui a même séduit les professionnels du cinéma présents.
Grand succès du concours de chapeaux organisé avec Madame Figaro.
Satisfaction du nouvel horaire, avec la montée en puissance jusqu'à l'Arc.
Laurent Broomhead a souligné l'importance, pour le futur, si l'on souhaite faire mieux encore, d'une coordination de toutes les composantes par un seul responsable, et un budget plus en relation avec l'importance de l'événement...

2) Bilan de l'émission de Canal + "La Grande Course"
Le responsable de l'émission, Thierry Dayan, est venu très simplement dresser un premier bilan positif. L'interne de Canal semble satisfait de la qualité de l'émission, de son image et de son audience. Même s'il reste sans doute quelques points à améliorer. Les idées ne manquent pas pour enrichir le programme, et la commission assure de son soutien sans faille l'équipe de Canal. Tout le monde se réjouit de la dimension sportive prise désormais par les courses grâce au regard spécifique de Canal +.

3) Jean d'Indy, Président de la Commission, a remis à tous ses membres une note de synthèse "Avis et propositions concernant l'accueil du public sur les hippodromes de France Galop". Chacun doit y apporter ses compléments et corrections éventuelles, afin de préciser clairement la stratégie proposée par la Commission.


Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 19 juin 2001

- Club Galop : conformément aux conclusions de la dernière réunion de la Commission, Pascal Adda, Interact, est convié à faire le point sur les activités du Club.
L'accord général se fait sur plusieurs points : il y a confusion entre le Club Galop, lieu d'accueil privilégié et payant des turfistes sur les hippodromes et les écuries de groupe qui portent le même nom ; pas question pour autant de casser un processus qui a permis d'attirer de nouvelles vocations de propriétaires (15 casaques nouvelles au total) ; nécessité de changer le nom (à l'origine Club Gladiateur) pour un nom clair à trouver, du type "Club des Turfistes" ; libre possibilité pour les actionnaires des écuries de groupe (et pas seulement celles gérées par Interact) d'adhérer à ce nouveau club ; conserver et dynamiser ce club afin qu'il redevienne le point d'accueil de turfistes en quète de confort.
Une étude détaillée est décidée par la Direction de la Communication pour définir un projet définitif (prix, lieux, moyens humains et financiers…).

- Bilan communication des trois événements du printemps : on constate la stabilisation, voire parfois la légère augmentation de la fréquentation, contrairement aux autres années où elle diminuait ; bons retours sur la théâtralisation (commentaires des journées) ; analyse des déficiences qu restent à corriger (invités qui ne savent pas où aller ; absence de sponsor pour le Jockey-Club.).
Au total on constate un manque de moyens financiers évident pour assurer le simple minimum. Pour l'instant, seul l'Arc a un budget adapté.

- Le Président de la Commission, Jean d'Indy, constate que de nombreuses décisions de la Commission concernant la théâtralisation sont restées sans effet. Seul le commentaire des réunions du dimanche est effectif, car confié à un prestataire extérieur (pour info : LBC, dirigé par Laurent Broomhead). A défaut de décisions visibles, le Président indique qu'il pourrait envisager de ne pas poursuivre sa mission. Les membres de la Commission se montrent solidaires.


Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 3 mai 2001

Réunion de transition tenue sur l'hippodrome de Longchamp. Transition car les sujets abordés nécessiteront l'élaboration de dossier qui seront vus dans de prochaines réunions de la Commission.

Politique des entrées :
- La grille des prix pratiqués est analysée. Elle est jugée compliquée et chère. Il est décidé de la simplifier, et de profiter du passage à l'euro l'an prochain pour diminuer les prix et se rapprocher de l'offre du Cheval Français. Ce pourrait être 2 euros en semaine, 4 le dimanche et 8 les grands jours (Gd Steeple et Arc). Des propositions doivent être faites par le marketing, après étude approfondie des recettes actuelles.
- Des opérations spéciales, avec bons de jeux sont envisagées, mais ponctuellement, pour éviter la création d'un marché parallèle d'entrées gratuites falsifiées.
- Par ailleurs comment recevoir dans des conditions plus confortables une certaine catégorie de visiteurs prêts à payer un droit d'accès à une structure conviviale et des tribunes réservées ? Il est décidé de se rapprocher du Club Galop et d'inviter son dirigeant à une future réunion, pour déterminer ce qui pourrait être fait.

Questions diverses :
- L'association Handi Cheval cherche à se promouvoir. Il est accepté le principe d'un prix Handi Cheval le jour du Grand Prix de Saint Cloud, avec remise d 'un chèque.
- Le point est fait sur le contrat avec Canal +, en cours de signature.


Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 2 avril 2001

Réunion très riche, dans une ambiance toujours conviviale et positive. Plusieurs sujets abordés :

1) Canal +
L'unanimité est faite pour soutenir et participer au projet de Canal +. Les nouveaux horaires (avec diffusion de trois courses) impliqueront des changements dans le programme des courses. Une réunion sera organisée avec les entraineurs et Canal + pour se coordonner.
Les événements principaux seront décalés en fin d'après-midi, afin de ne pas avoir à demander de dérogation au CSA sur la diffusion en clair
. Seuls deux événements trot (Amérique, GNT) font exception. La théâtralisation sera revue en conséquence.

2) Equidia
Le projet de refonte du direct, commun au trot et au galop, a finalement été repoussé par nos amis du Cheval Français (malgré l'accord apparent de la dernière réunion). France Galop a donc décidé de mettre en place son propre direct. Six hippodromes seront équipés d'un décor identique, intégrant des écrans plasma. Par ailleurs le journaliste en plateau jouera plus encore un rôle de chef d'orchestre.
Enfin la répartition des responsabilités est précisée : les sociétés de courses décident du contenu, et Equidia assure une coordination éditoriale.

3) Théatralisation
Le commentaire assuré par Pascale Rémond-Lamie (et piloté par Laurent Broomhead) depuis le début d'année le dimanche semble donner satisfaction. Des clips vidéos (Restaurants, accueil, garderie d'enfants, Musée d'Auteuil) sont venus l'enrichir. En revanche la coordination avec la voix officielle, et le nouveau langage, sont encore en attente. Une réunion est prévue le 3 mai à ce sujet.
Par ailleurs, il est décidé de tenter l'expérience d'une remise des prix avec bouquet pour le jockey (ou toute autre personne), et d'une montée sur le podium successive du propriétaire, de l'entraineur et du jockey. Expériences à venir.

4) FFE
La journée FFE à Auteuil a été considérée comme un succès, même si les animations prévues n'ont pas pu être mises en place pour cause de fièvre aphteuse. Elle sera renouvellée dès cette année.

5) Le jeu des réclamers
José Bruneau de la Salle propose une mise en scène de l'ouverture des bulletins à l'issue des courses à réclamer, dans le sens de la théâtralisation et d'une meilleure transparence (éviter l'agglomération des plus impatients qui empêchent les autres de suivre). Laurent Broomhead suggère une formule simple : les équipes de France Galop classent tous les bulletins par ordre croissant, cheval par cheval, puis lisent à un micro (local) toutes les enchères. Un essai sera effectué prochainement.

6) Accueil du public
Le personnel de l'hippodrome (France Galop et GTHP) porte désormais un badge, ce qui est un plus certain. Le Centre accueil info est en place. Il faut désormais sensibiliser tous les acteurs. La brochure prévue à cet effet doit être réactualise.

7) Communication en Province
Comment apporter des conseils aux quelques 200 Sociétés de province ? les services parisiens n'ayant pas les moyens (humains et temps) de servir de support individuellement, il est proposé d'éditer une sorte de journal du réseau, présentant les expériences significatives. Après réflexion, il est préféré la solution d'une série de parutions thématiques (sécurité, sponsoring, signaltique, FFE) qui regrouperaient à la fois l'expérience su siège et celles pratiquées sur le terrain en régions.


Réunion de la Commission Communication
et Promotion du 18 janvier 2001

Réunion exceptionnelle de la Commission, conjointement avec nos homologues du Cheval Français pour traiter de deux sujets d'actualité : le nouveau direct d'Equidia et les courses sur Canal Plus.

1) Le nouveau direct d'Equidia :
Depuis plusieurs mois les critiques sont régulières dans les diverses commissions sur la qualité du direct de la retransmission des courses sur Equidia : manque d'informations claires, interviews très longs pour "meubler" les inter-courses… Afin de proposer une nouvelle conception de cette émission, les deux directions de la communication des deux sociétés-mères ont commandé à la société Léo Productions, déjà prestataire pour France Galop, un "pilote" (ou "maquette") de 30 minutes partant du principe qu'un plateau central, animé par une professionnelle de la télévision, non spécialiste des courses, et par un journalistique hippique à l'esprit didactique, seraient en duplex avec les journalistes "volants" sur le ou les hippodromes.
Ce pilote' a été projeté à la Commission pour avis et commentaires.
L'impression dégagée est celle d'une "chasse au trésor" où les journalistes de terrain apportent de nombreuses informations en direct à un plateau qui analyse les données du problèmes sur des écrans géants (analyse de la course précédente, courses de références, changements de monte…). L'unanimité s'est faite sur l'intérêt majeur du concept : renforcer le contenu journalistique. Mais tout de suite a été mis en avant (Louis Romanet, Laurent Broomhead) la difficulté de trouver un nombre suffisant de journalistes compétents et dynamiques pour une telle mise en scène. Le succès de l'opération réside donc dans la montée en puissance : casting de journalistes, essais, mise en place…
Le budget prévu est d'environ 17 millions de francs supplémentaires par an. Cette somme a déjà été provisionnée au PMU. Laurent Broomhead a insisté sur l'importance de ne pas mettre la charrue avant les boeufs : se préoccuper avant tout du contenu journalistique, et faire porter l'effort budgétaire sur cette ligne, avant de passer à l'installation du studio permanent (à Vincennes), qui ne constitue qu'une composante secondaire du programme.
Un appel à idées pour dynamiser le programme a été lancé à tous les membres. Il fera l'objet d'un forum sur le site des Actionnaires du Galop.
Le fait qu'un tel projet portant sur une modification sensible du programme ait été mis en route sans appel d'offre ou appel d'idées, a fait l'objet de critiques par certains participants représentant le Cheval Français et les Actionnaires du Galop.

2) Les courses sur Canal Plus :
Canal Plus est donc intéressé à reprendre la diffusion des courses événements en direct, dès la fin du contrat avec France Télévision cet été. Une émission d'une demi-heure en clair en début d'après-midi + des émissions spéciales en clair pour les grandes épreuves.
Les Actionnaires du Galop avaient eu l'occasion de manifester officiellement au Comité (lire le compte-rendu du 10/2/00) leur idée sur la question : une amélioration du programme grand public dégageant une image plus "sportive" des courses ; un horaire fixe du Quinté vers 13 h 45 pour fidéliser l'audience. Le projet actuel répondant à ces deux critères, nous ne pouvons qu'y adhérer, comme d'ailleurs la majorité des participants.
Soulignons toutefois que l'opération n'est pas sans risque : impact de l'horaire sur le public aux courses et sur les enjeux ; instabilité plus élevée potentiellement d'un partenaire privé, par rapport au service public.
Les négociations sont en cours. Et en particulier les exigences des sociétés de courses ont été formulées à France Télévision, où certains souhaiteraient conserver les courses.
La commission, unissant trot et galop, a clairement donné libre pouvoir aux dirigeants pour gérer au mieux cette négociation délicate, tout en admettant qu'elle ne peut conduire qu'à une amélioration de la situation actuelle.